Piqûre de rappel contre les moustiques tigres

26-07-23 - 10:01
26-07-23 - 14:50
Les moustiques tigres sont de retour. Pour lutter contre leur prolifération et leur invasion, il est impératif d’éviter l’éclosion de leurs œufs, parce que : Zéro éclosion, c’est zéro invasion !
Un moustique tigre pique le bras d'une personne
©Shutterstock
Écouter

Les moustiques-tigres transmetteurs de virus

Les femelles moustiques-tigres pondent leurs œufs, sur la paroi ou le rebord des récipients. Et au milieu du printemps, les œufs éclosent dès qu’ils entrent en contact avec de l’eau (pluie, arrosage…) : ils donnent alors des larves qui, au bout de 5 à 6 jours, deviennent des moustiques adultes et… piqueurs. Ce phénomène se produit avec des eaux propres comme sales. Le moustique tigre a colonisé la Métropole. De mai à novembre, le potentiel transmetteur des virus de la dengue, du chikungunya et du zika, fait l’objet d’une surveillance renforcée par les autorités sanitaires. Vous pouvez signaler sa présence sur anses.fr/fr

Des gîtes larvaires, un peu partout chez soi

Seaux, vases, soucoupes, fûts, citernes, récupérateurs d’eau, chéneaux et gouttières, bondes et rigoles, pneus, boîtes de conserve et tout petit réceptacle d’eaux pluviales…. C’est une foultitude de petites collections d’eau artificielles. 

Ces gîtes de reproduction sont, en grande partie, fabriqués par l’homme. Ils se trouvent, pour 80 % d’entre eux, au sein des domiciles privés : cours, jardins, terrasses, balcons… Impossible de les recenser tous et de les traiter systématiquement à l’état larvaire, car ils pullulent et sont aléatoires dans l’espace et dans le temps

Donc pas d’eau pour les moustiques

Alors, pas de tergiversation ! La façon la plus efficace de se protéger de ces nuisances en amont, c’est de vider les eaux stagnantes, curer, ranger, couvrir avec des toiles moustiquaires. Ou, mieux encore : chaque fois que possible, supprimer physiquement ces gîtes. Et convaincre son voisinage de faire de même, car agir isolément n’est pas suffisant : il faut se mobiliser collectivement. Privé d’accès à l’eau, le moustique-tigre ne se reproduit pas. « Zéro éclosion, zéro invasion ! »

http://moustiquetigre.org/