Participez à la lutte contre les moustiques tigres

29-06-23 - 11:13
29-06-23 - 11:28
Depuis une dizaine d’années, le moustique tigre a colonisé Montpellier, puis toutes les communes de la Métropole. 90 % de la population régionale, soit près de 5,5 millions d’habitants sont exposés… À nous d’agir ensemble pour limiter son implantation.
Affiche zero éclosion zéro invasion
Écouter

Reconnaître le moustique tigre

L’aedes albopictus ou moustique tigre, mesure moins d’un centimètre d’envergure. Il est facilement identifiable grâce à ses rayures noires et blanches présentes sur les pattes et le corps.
Du 1er mai au 30 novembre, ce potentiel transmetteur des virus de la dengue, du chikungunya et du zika, fait l’objet d’une surveillance renforcée par les autorités sanitaires. Vous pouvez signaler sa présence sur signalement-moustique.anses.fr 
Nous devons tous lutter contre ces moustiques et leurs larves pour éviter la transmission de ces virus. Des réflexes sont à acquérir chez soi afin de se protéger de manière collective. La stratégie la plus efficace pour limiter l’implantation du moustique tigre est la réduction maximale de ses gites de ponte en éliminant l’eau stagnante. Le moustique tigre vit, pond, se nourrit et meurt dans un rayon de 150 mètres de là où il a éclos. Privé d’accès à l’eau, l’aedes albopictus ne se reproduit pas. Zéro éclosion, zéro invasion !

Faire les bons gestes

  • Éliminer les endroits où l’eau peut stagner : petits détritus, encombrants, déchets verts... Les pneus usagés peuvent être remplis de terre, si vous ne voulez pas les jeter.
  • Changer l’eau des plantes et des fleurs une fois par semaine ou, si possible, supprimer ou remplir de sable les soucoupes des pots de fleurs, remplacer l’eau des vases par du sable humide.
  • Vérifier le bon écoulement des eaux de pluie et des eaux usées et nettoyer régulièrement : gouttières, regards, caniveaux et drainages.
  • Couvrir les réservoirs d’eau (bidons d’eau, citernes, bassins) avec un voile moustiquaire ou un simple tissu.
  • Couvrir les petites piscines hors d’usage et évacuer l’eau des bâches ou traiter l’eau (eau de javel, galet de chlore…).
  • Éliminer les lieux de repos des moustiques adultes : débroussailler et tailler les herbes hautes et les haies, élaguer les arbres, ramasser les fruits tombés et les débris végétaux, réduire les sources d’humidité (limiter l’arrosage) et entretenir votre jardin.

Zoom dans la Métropole
Murviel-lès-Montpellier, terrain de recherche

Cette année, la commune de Murviel-lès-Montpellier et la Métropole collaborent avec l’Institut de recherche pour le développement (IRD, MIVEGEC) et Altopictus, l’opérateur de lutte antivectorielle (LAV) de l’Agence régionale de santé (ARS) Occitanie, sur un projet de recherche pour améliorer la lutte contre le moustique tigre. Nommé Restalboc, ce projet vise à identifier les abris ou gîtes « repos » utilisés par l’Aedes albopictus en Occitanie. Cet inventaire inédit permettra notamment de mieux orienter les interventions en cas de circulation possible ou avérée des virus de la dengue, du chikungunya ou du zika. Tout au long de la saison de prolifération du moustique tigre, des agents d’Altopictus et de l’IRD seront ainsi présents à Murviel-lès-Montpellier pour capturer les moustiques tigres dans la végétation et les structures urbaines, de jour comme de nuit, dans l’espace public et chez des habitants volontaires.